Drop shot et carnassiers

Drop shot et carnassiers

La pêche au drop shot se pratique aussi bien du bord qu’en bateau.

Elle permet de prospecter de petits emplacements encombrés, comme de « peigner » de larges couches d’eau.

C’est une pêche très simple, de printemps et d’automne facilement abordable et qui permet de se faire plaisir en prenant assez rapidement du poisson.

Drop Shot préalable

Les leurres, appâts ou vifs employés sont généralement de petite taille et fixés directement sur l’hameçon.

Le lest muni d’une fixation spécifique permettant de régler la profondeur est, quant à lui,  positionné en bout de ligne.

Le poisson visé par cette pêche est plutôt la perche mais brochets, sandres et même truites se laissent facilement tenter, avec des animations souvent minimalistes.

Le drop shot réserve régulièrement de belles surprises.

C’est une pêche parfois lente et « très tactile » qui pourrait presque, s’il n’y avait pas d’obstacles, se pratiquer les yeux fermés afin de sentir au mieux les mouvements du leurre.

Une fois le plomb posé sur le fond, les sensations sont parfois assez proches de la pêche au quiver/feeder.

Il faut néanmoins rester concentrer pour qu’à la moindre touche le ferrage soit sans retard.

La pêche est souvent affaire de tentatives plus ou moins réussies.

C’est une pêche qui peut s’improviser à n’importe quel moment, même durant une session leurre si aucun poisson ne les aiment ce jour là !

Un dernier point, le drop shot nécessite un matériel minimaliste.

Canne à pêche au drop shot du bord

Une canne assez sensible et résonnante est à privilégier pour pratiquer cette pêche dans ce fleuve tranquille qu’est l’Orne.

Une canne téléréglable de 3,50 m à 4,50 m fait généralement bien l’affaire, à condition qu’elle soit suffisamment sensible sans être molle, une action de pointe est bienvenue.

Du bord, une canne téléréglable apporte un vrai plus notamment quand il s’agit d’aller poser son montage au milieu d’endroits très encombrés.

Allonger/diminuer la distance de pêche offre la permet d’aller au ras des branches affleurant l’eau à quelques mètres, au milieu d’une souche immergée et fréquemment de pêcher directement au dessus de l’obstacle.

Canne à pêche drop shot en barque

Si vous pêchez en barque, une canne à leurre encore une fois plutôt sensible type ultra light ou light pour les amateurs de sensations, sinon une canne à leurres classique fait très bien l’affaire.

La longueur peut se situer entre 1.8 m et 2.40 m selon ce que vous possédez (ou votre préférence).

A ceux qui ne veulent pas dépenser trop, en cherchant un peu vous trouverez des packs Canne/Moulinet pour moins de 50 € ce qui pour débuter est amplement suffisant.

Le Moulinet

Un moulinet d’une taille 1500 à 2500 peut parfaitement faire l’affaire, selon que vous pêchez devant vous ou en lancer/ramener, garni d’une tresse 10/100voire 8/100par exemple.

Frein avant, frein arrière … c’est une question d’habitude et de pêcheur !

Un détail qui peut avoir son importance, lors de sessions prolongées : le poids.

Privilégiez un moulinet assez léger.

Fil ou tresse ?

Pour le ressenti des touches, du fond et des obstacles, une tresse plutôt fine d’une couleur qui vous permettra de la localiser facilement (utile quand on pêche du bord sous les arbres avec peu de luminosité) assortie d’un morceau de nylon ou fluorocarbone d’un diamètre de + ou – 20/100 dont la longueur peut varier de 1,50 m à 3 m.

Ce type de ligne peut se préparer à l’avance avec différentes tailles d’hameçons et diamètre de fil. Attention : la réglementation limite à 2 le nombre d’hameçons sur une ligne et c’est bien suffisant.

La liaison entre la tresse et le fil s’effectue à l’aide d’un nœud d’arraché.

Toutefois pour ceux qui n’ont pas envie de se casser la tête avec un nœud d’arraché, une double boucle sur le corps de ligne, vous passez l’émerillon à agrafe dedans et le tour est joué.

Le principe de l’émerillon fonctionne bien si vous avez une canne assez longue … si votre canne fait 2 m avec un bas de ligne de 2.5 m … ce sera moins facile.

Les hameçons

L’un des reproches couramment fait à la pêche au drop shot est le nombre de décrochés.

Si vous pratiquez régulièrement pas beaucoup plus de « décrochés » qu’avec d’autres techniques même si le modèle d’hameçon peut avoir une certaine importance.

On a parfois tendance à l’oublier, dans ce loisir le pêcheur est le point central pas le matériel …

Les hameçons à 2 anneaux mobiles

Plusieurs marques connues (VMC, Standout, …) produisent des hameçons spécifiques drop shot. Le premier en

photo ci-contre possède deux « anneaux »(en photo) qui permettent une présentation adéquate des appâts et évite de le monter dans le mauvais sens.

Les nœuds (de cuiller) qui permettent la fixation ont eu aussi intérêt à être parfaits sinon les déconvenues seront à l’ordre du jour.

La forme de cet hameçon est assez large et son profil permet généralement de piquer les carnassiers sur le bord de la bouche.

C’est un hameçon qui fonctionne bien en action de pêche, il est très piquant, son principal inconvénient … le prix de la boite !!

Hameçon fixe perpendiculaire au fil anneau + fixation

Un autre hameçon qui se positionne correctement sur la ligne et permet lui aussi de limiter les décrochages, est un produit de chez Standout.

Sa forme assez particulière et son anneau permettent d’éviter toute erreur lors du montage.

L’hameçon ne peut être que dans le sens où il est susceptible de prendre du poisson, contrairement à un hameçon classique à anneau qui, si vous ratez votre nœud, aura la pointe en bas.

Pour le Standout : vous positionnez votre hameçon pointe à l’horizontal (comme sur la photo) et réalisez un nœud de palomar, il ne vous restera plus qu’à passer le brin libre dans l’anneau et le tour est joué.

Son principal défaut est comme le précédent son prix … comme souvent pour les produits qui innovent un tant soit peu.

L’hameçon simple

Le plus simple de tous, le moins cher, le plus accessible et pour ceux qui veulent pêcher pas cher le meilleur choix : l’hameçon à anneau.

Un petit tour au rayon pêche en mer de votre magasin préféré, une boite de 25 ou 50 unités (taille 1/0, 1 ou 2 ou … selon les poissons et les leurres que vous employez) vous coûtera à peu de choses près le prix de 6 hameçons comme ceux dont j’ai parlé précédemment.

Une boite complète vous permettra de pêcher au minimum toute la saison !

Comment fixer l’hameçon simple

Contrairement aux 2 hameçons que j’ai présenté précédemment, avec cet hameçon là il va falloir prêter attention au sens de montage, particulièrement si vous en montez deux sur la même ligne …

Cet hameçon peu onéreux a quelques avantages notamment lors de la mise en place de l’appât ou du leurre souple sur celui-ci.

Inconvénients ?

Certains trouvent que ces hameçons « simples » provoquent plus de décrochés … je n’en suis pas convaincu mais chacun doit se faire sa propre expérience.

Privilégiez un hameçon avec une tige relativement courte plus qu’une longue.

L’inconvénient majeur est le temps d’apprentissage (très relatif) nécessaire pour … apprendre à monter les hameçons « dans le bon sens« , mais rien ne vous empêche de monter vos lignes à l’avance.

Les plombs drop shot

Comme les hameçons, et selon la forme le choix est assez conséquent : des ronds, des cylindriques, en forme de polygone, de poire, etc etc

Le principe de fixation est « presque » toujours le même, un émerillon dont la tête est pincée, permettant de glisser/coincer le fil et de régler la profondeur à laquelle le leurre situé au dessus va évoluer.

La partie inférieure de l’émerillon est coulée dans le plomb.

Plombs quels grammages ?

Il en existe une certaine quantité de modèles en différents grammages … Le bon grammage pour un plomb est celui qui vous permet la meilleure animation et le meilleur ressenti !

Si vous débutez la pêche au drop shot, prévoyez plusieurs grammages différents : 4, 6, 8, 10 g ou plus par exemple.

Comme il est très simple et rapide de changer le lest, essayez en plusieurs jusqu’à trouver celui qui vous offre le meilleur compromis sensibilité/courant.

Dans l’Orne, les grammages utilisés ne sont pas très élevés : entre 3 et 10 grammes (max) de lest en général.

Cette pêche est une évolution moderne de la pêche à la dandinette dont elle reprend le principe mais avec des montages un peu plus complexes et une efficacité accrue.

Les leurres souples

Les leurres souples ont depuis quelques décennies les faveurs des pêcheurs, pour leur facilité de mise en oeuvre, le choix des modèles, la facilité de transport et ça fonctionne aussi pour le drop shot.

Globalement les leurres utilisés pour le drop shot sont plutôt petits, de 4 à 6 cm (parfois un peu plus).

Je ne vais pas me lancer dans un comparatif des leurres souples qui prennent du poisson ce serait trop long et chacun peut se faire sa propre expérience.

Il est important d’essayer différents types de leurre à chaque session … ce ne sont pas toujours les mêmes qui prennent du poisson !!

Si vraiment vous souhaitez aller plus loin, mais vraiment plus loin Fabrice Metzger à beaucoup publié sur le sujet, certes il pêche dans la Seine pas dans l’Orne mais les poissons recherchés sont les mêmes.

Les appâts naturels

Pour ceux, dont je suis, qui préfèrent les appâts naturels et qui n’aiment pas se casser la tête pour en trouver … il y a les éperlans « surgelés »

Avant une session, les éperlans (que vous avez conditionné par 10) font de très bons vifs « drop shot » pour la perche et les carnassiers en général.

C’est un vif de premier choix très facile à trouver et certaines enseignes de surgelés en commercialisent au kilo à un prix correct.

Pour nous Bas Normands chanceux, ils sont fréquemment présents sur les étals de marchés.

Une autre esche assez peu utilisée sur les bords de l’Orne, au drop shot toujours, est le lombric.

Notre bon vieux ver de terre reste à la pêche une valeur sure et s’il est bien manié son efficacité risque d’être surprenante sur les trois carnassiers ciblés (perche, sandre et brochet) et d’autres poissons selon la saison.

Le nœud à connaitre

Le nœud de Palomar est bien connu des pêcheur de carnassiers (entre autres) pour sa facilité de réalisation et sa résistance extrême.

Lors des tractions répétées que subit une ligne lors de la prise d’un gros poisson, si ce nœud a été réalisé dans les règles de l’art, votre fil cassera au dessus ou en dessous du nœud … très très rarement à la liaison.

Merci intégral pêche pour l’image

Le nœud de palomar fait partie des 3 ou 4 nœuds que tout pêcheur devrait connaitre …

Quelques montages drop shot

Une image vaut mille mots … dit l’adage

Fermer le menu
4 Partages
Partagez4