Du prix de la carte de pêche

Du prix de la carte de pêche

Le prix de la carte de pêche est un sujet de discussion récurrent qui alimente les conversations du café du commerce.

Cependant, peu de pêcheurs ont une vision claire du sujet sinon de répéter à l’envie que « la carte est trop chère ».

Il n’est pas question ici d’entrer dans ce débat mais plutôt d’apporter quelques informations sur la répartition du prix de la carte et sur la part qui nous intéresse, celle qui revient à votre AAPPMA. (L’UGGC pour la circonstance)

Ainsi, en 2019, sur une carte interdépartementale de 96 €, la part revenant à la société de pêche est de 26 €.

De cela il faut déduire la ristourne éventuellement versée au dépositaire ( 0,75 €) et ajouter la ristourne EHGO de l’ordre de 1,30 € par carte (toutes cartes confondues).

Il va de soi que le montant revenant à l’AAPPMA n’est pas uniforme et qu’il est modulé selon la nature de la carte vendue.

Par exemple :

  • 26 € pour une carte interdépartementale
  • 19,2 € pour une carte majeure
  • 10,15 € pour une carte promotionnelle découverte féminine

Avec ces ressources, l’AAPPMA doit :

Payer les baux de pêche (publics et privés) qui peuvent selon les AAPPMA représenter jusqu’à 30 % des produits.

Financer les déversements de truites surdensitaires sur ses parcours de première catégorie et les alevinages en poissons blancs et carnassiers si elle gère des parcours de deuxième catégorie.

Assurer l’entretien des rives en sollicitant le concours d’entreprises privées mais aussi grâce à l’aide précieuse des bénévoles.

Ces quelques éléments permettent de mettre en évidence les disproportions qui peuvent exister entre les AAPPMA principalement à cause du linéaire de rives géré, de l’entretien constant qui l’accompagne et des besoins financiers qui en découlent.

Du bon choix de votre AAPPMA …  

Bon nombre de pêcheurs pensent que l’adhésion à l’EHGO résout ce problème de choix de l’AAPPMA et que cet organisme planifie la répartition des recettes entre les AAPPMA, en conséquence de quoi, le choix d’une société de pêche est sans importance, certains pêcheurs changeant régulièrement d’AAPPMA par principe ou alors s’en remettent au seul choix du dépositaire auprès duquel ils achètent leur carte.

Cette erreur est fréquente mais lourde de conséquences pour l’AAPPMA qu’il fréquentent régulièrement s’ils n’en ont pas pris la carte mais aussi pour eux-même dans la mesure où ils n’aident pas à la gestion de leurs parcours favoris.

Ainsi, un pêcheur de truites aura tout intérêt à prendre sa carte auprès de l’association qui gère les parcours de première catégorie qu’il fréquente afin de participer pleinement à leur gestion.

De même, un pêcheur de poissons blancs et de carnassiers aura lui intérêt à financer la société qui gère et entretien les parcours de deuxième catégorie qu’il fréquente afin d’en favoriser l’alevinage et la mise en valeur.

Les finances …

L’équation est simple : sans financement une AAPPMA ne peut pas fonctionner ni rendre à ses membres les services qu’ils sont en droit d’en attendre.

Cela dit, la balle et dans le camp des pêcheurs qui, s’ils ont des droits liés à leur adhésion, ont aussi un devoir de cohérence vis à vis … d’eux même et de leurs exigences.

Combien de pêcheurs se plaignent du manque d’entretien et de l’alevinage insuffisant sur des lots de pêche qu’ils fréquentent mais qu’ils ne financent pas ? Ce qui est pour le moins incohérent.

Rappelons à ce propos que le détenteur d’une carte majeur (en clair sans l’EHGO) finance bien évidemment la société de son choix mais qu’il est limité aux parcours de cette société sans pouvoir fréquenter une autre société au risque de se voir verbaliser.

Nous espérons que ces quelques précisions auront permis à ceux qui les découvrent de prendre conscience de l’importance du choix de sa société de pêche .et de mesurer que chacun à sa mesure est un acteur de la vie associative, encore faut-il vouloir l’être et de cette façon, faire bouger les choses.

Le Bureau de l’UGGC